Les yeux d’Elsa

 

Les Yeux d’Elsa

Tes yeux sont si profonds qu’en me penchant pour boire

J’ai vu tous les soleils y venir se mirer

S’y jeter à mourir tous les désespérés

Tes yeux sont si profonds que j’y perds la mémoire

# Louis ARAGON (1897-1982)       

 

 

Un concert poétique, une déambulation mégaphonique, une table de pique-nique sur une place publique …
Des poèmes effrontés à écouter, dits, dansés, composés, sussurrés, distribués … en public ou isolé.

La poésie s’invite là ou l‘on veut bien l’accueillir, la contempler, la recevoir. 

 

 

Eloge de l’autre

Celui qui marche d’un pas lent dans la rue de l’exil

C’est toi

C’est moi

Regarde-le bien, ce n’est qu’un homme

Qu’importe le temps, la ressemblance, le sourire au bout des larmes

l’étranger a toujours un ciel froissé au fond des yeux

Aucun arbre arraché

Ne donne l’ombre qu’il faut

Ni le fruit qu’on attend

La solitude n’est pas un métier

Ni un déjeuner sur l’herbe

Une coquetterie de bohémiens

Demander l’asile est une offense

Une blessure avalée avec l’espoir qu’un jour

On s’étonnera d’être heureux ici ou là-bas.

Tanger 7 octobre 2007

# Tahar Ben Jelloun

 

 

Conception : Marie AUBERT, Stéphane CATTEAU, Pierre MARCON, Frédérique MILLE

Compositeur interprète : Pierre MARCON

Chorégraphe interprète : Frédérique MILLE

Récitants : Marie AUBERT, Stéphane CATTEAU, Frédérique MILLE

Crédit photo : Cécilia GRAND  

Création printemps des poètes 2016 avec le soutien de la bibliothèque municipale du Puy en Velay

et de la Municipalité du Monastier sur Gazeille. 

 

 

Laisser un commentaire


*

Complétez cette formule magique avant de poster, merci *